Sirba: Saison 2021

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Après une saison hydrologique 2020 très excédentaire, voir extraordinairement humide qui a causé d’importants dégâts dus aux inondations dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest, mais surtout au Niger (plus de six cent mille personnes affectées), la saison 2021 s’annonçait également excédentaire. La prévision saisonnière tant du point de vue agrométéorologique que hydrologique annonçait depuis le début de mai une saison plus humide que la normale et aussi avec une bonne répartition des pluies dans le temps. Si pour l’agriculture ces conditions favorables menaient à imaginer une bonne récolte, plusieurs souci s’annonçaient pour la sécurité des populations riveraines du Fleuve Niger et de la Sirba.

Pour y faire face, les acteurs du Système Local d’Alerte Précoce contre les Inondations de la Sirba (SLAPIS) déjà à partir du mois d’avril s’étaient activés pour être prêts à suivre les phénomènes pluvieux et les débits de la Sirba et à en prévoir les conséquence au niveau du cours de la rivière et en aval vers Niamey. La Direction de l’Hydrologie et la Direction de la Météorologie Nationale se sont donc engagées à faire la maintenance de leur réseau d’observation et à revenir vers les communautés riveraines avec une série de Séminaires Itinérants sur le cycle de l’eau et les inondations pour les sensibiliser d’avantage, partager les prévisions saisonnières et revitaliser le réseau d’observateurs locaux qui chaque année bénévolement assure le suivi de la rivière et communique aux villages en aval des éventuelles alertes.

La saison 2021 démarrait en effet bien dans la région avec les premières précipitations enregistrées en débout de juin. La Sirba aussi, en conséquence, voyait ses eaux monter progressivement, vers le niveau de vigilance jaune, qui par contre n’a pas été atteint, car une pause s’est imposée aux précipitation pour l’arrêt de la montée du front intertropical.

Actuellement la Sirba est à nouveau à sec et maintenant les soucis sont pour les cultures qui ont été installées mais qui sont sujettes à avortement pour le recul des pluies.

D’autre part le système de vigilance de SLAPIS reste attentif à suivre toute situation critique éventuelle qui pourrait se manifester dans les prochaines semaines. En effet on n’est que en débout de juillet et l’année passée la Sirba a dépassé le niveau de vigilance jaune après la mi juillet pour en revenir seulement après la mi septembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.